Japon en 10-15 jours

Alors ça y’est c’est décidé? Tu pars au Japon mais tu sais ne sais pas si tu dois rester à Tōkyō ou tester d’autres villes? Et du coup lesquelles? Tu voudrais aussi caser quelques jours à la plage? Minute papillon! Tu trouveras ici un exemple de parcours, le plus classique à vrai dire, mais idéal pour découvrir les différentes facettes de ce somptueux pays.

Pour ceux qui se posent la question, même 10 jours sont déjà pas mal pour un 1er voyage nippon, ne pensez pas que c’est trop short 😉 En tous cas c’est un très bon choix, chacun devrait au moins une fois dans sa vie découvrir ce pays.

QUE FAIRE PENDANT 10-15 JOURS AU JAPON ?


Bon déjà il faut savoir que tu perdras 2 jours à cause des vols, même sans escale c’est au moins 12h, donc 15 jours deviennent 13 jours sur place. Autre idée fausse, le Japon est loin d’être petit. On imagine que c’est un île donc qu’il est facile de se déplacer rapidement d’un endroit à l’autre mais c’est complètement faux, Tokyo fait 20 fois la taille de Paris 🙂

Pour nos 13 fameux jours sur place, nous avons donc privilégié la découverte de Tōkyō ainsi que la merveilleuse région du Kansai. En effet, pour moi Tokyo et Kyoto c’est un peu le Yin et le Yang. L’une ne va pas sans l’autre, elles sont parfaitement complémentaires. L’une urbaine et futuriste, l’autre traditionnelle et authentique. Voici donc l’itinéraire que je vous recommande, par ordre de priorité, en vous focalisant sur les spots vraiment touristiques :

  • 6 jours à Tokyo
  • 4 jours à Kyoto
  • 0,5 jour à Nara
  • 0,5 jour à Osaka (en soirée de préférence)
  • 1 jour à Hiroshima, à 2h30 de Kyoto
  • 1 jour à Miyajima, à 1h de Hiroshima
carte japon
Exemple d’itinéraire pour 15 jours au Japon #lejaponpourlesnuls

Vous avez du temps supplémentaire ou envie d’autres choses?

Option 1 « Plus de rando / trek » : Vous pourriez vous rendre dans le coin de Hakone, au pied du Mont-Fuji et faire une randonnée dans ce paysage de montagne extraordinaire. En effet, depuis Tokyo il est très difficile de l’apercevoir, même depuis les différentes vues panoramiques qu’offre la ville. Il y a également Nikkō plus au nord (à 3h de Tokyo), qui propose un ensemble de temples et de sanctuaires (en complément de ce que vous verrez à Kyoto) et de belles excursions. Ou encore Kobe qui surplombe la mer pour profiter d’une ville cosmopolite à taille humaine. 

Option 2 « Approfondir Tōkyō » : Pour ceux qui préfèrent rester à Tokyo, vous pourrez en profiter pour vous aventurer aux alentours : voir la ville de Kamakura et son Bouddha de bronze géant par exemple à seulement 1h de train, les quartiers d’Ebisu et Meguro et leurs musées ou même compléter avec d’autres activités comme le parc Disney Resort.

Option 3 « Sea, Sex & Sun » : Pourquoi ne pas finir le séjour en beauté sur l’île Okinawa?  Le « Hawaï Japonais » comme on l’appelle est seulement à 2h de vol d’Hiroshima. C’est très certainement ce que nous aurions fait.

Si au contraire vous avez moins de temps, vous pouvez vous squeezer d’Hiroshima et Miyajima, un bon reportage Arte en guise de session de rattrapage fera l’affaire 🙂

IDÉE DE PROGRAMME PAR JOUR (12 JOURS)


Bon, alors tout commence donc par Tōkyō. Faut dire que j’en rêvais depuis des années et que j’ai adoré ces quelques jours là-bas. Par contre, je l’avais un peu trop fantasmée... Bien trop influencée par la culture pop, les manga, jeux-vidéo et surtout films de SF, elle s’est avérée bien moins excentrique et dark que prévu : très rares sont les filles en  cosplay et non les yakusa de Kill Bill n’existent pas 😦

Alors, pour vous la décrire le plus clairement possible : bondée de monde  mais pas si oppressante que ça, elle est à la fois chaotique et extrêmement organisée (genre les gens font la queue pour tout, genre pas le droit de fumer dans la rue sauf aux endroits indiqués, genre il y a des WC partout où y’en a besoin et quasi toujours propres (!) et avec ce délicieux fameux petit jet, …). La ville est urbaine,avec des buildings méga hauts et plein de néons mais elle est aussi très écolo (ils trient absolument tout) et traditionnelle (il y a plein de temples et de parcs préservés). Mais bizarrement tout ça fonctionne très bien ensemble et donne un endroit super cool. Sans parler des gens… bien que d’un naturel réservé, ils sont accueillants à leur manière (j’ai fait tomber mon tél dans un bus, une jeune fille me l’a ramené… un Iphone 7!). D’une élégance presque innée, ils ont beaucoup de style, Fashion addict, tu vas saigner des yeux.

Bref après ce petit topo qui vous permet de cerner l’ambiance, maintenant je vous propose une liste d’activités et de visites par jour, à articuler en fonction du temps et de votre planning. Elles sont logiquement rassemblées par zone géographique pour éviter de vous faire courir aux extrémités de la ville dans la même journée, mais vous pouvez tout à fait intervertir si ça vous arrange #démocratie

Sur place pour vous déplacer, vous prendrez métro et bus. Plusieurs compagnies sont disponibles (Suica ou Pasmo), c’est à la fois pratique mais surtout compliqué car le ticket est différent, le réseau forcément aussi. Dites-vous que la 1ère fois que vous prendrez le métro, il vous faudra 1h avant d’arriver sur le bon quai :p Pour être tranquille, pensez au pass à la journée qui est intéressant à partir de 3-4 trajets je dirais et ça va vite! Un bon article du blog Kanpai que j’ai beaucoup consulté pour l’organisation de mon séjour à ce sujet : « Guide du train et du métro à Tokyo« . Now let’s go!

Jour 1 : Les quartiers populaires et fashion, Harajuku et Shibuya

Pour commencer la journée en douceur direction Harajuku pour une balade dans le sanctuaire Meiji-jingū, le plus beau temple shintoïste de la ville qui se trouve au cœur d’une forêt de 100 000 arbres, contributions des habitants de l’archipel en l’honneur de l’empereur. Le sanctuaire est grandiose, ses arbres majestueux, on y vient pour se ressourcer.  À l’entrée vous pourrez admirez un magnifique torii, et quelques mètres plus loin, une collection géante de barils de saké. On s’y promène facilement 1 ou 2h.

Puis, on  quitte cet univers zen pour passer l’après-midi dans Harajuku. Vous pouvez  alors rejoindre la fameuse Takeshita-dōri. Personnellement ça a été un vrai coup de cœur! Connue pour être la rue de la mode alternative, on a pas croisé  Sailor Moon, mais des tenues tout aussi cool. Le quartier est hyper animé, même en semaine et en journée, elle est bondée. C’est là que vous verrez vraiment à quoi ressemble la mode excentrique japonaise. Il y a pas mal de friperies ou de boutiques avec de super sapes. Je me suis plantée là pendant 1h, juste pour en prendre plein les yeux et mitrailler avec mon appareil.

Dans ce même délire, il y a aussi la Cat Street, la rue shopping tendance hipster avec notamment « Comme des garçons« , que nous avons rejointe en passant devant la très jolie fresque street art « Now is Forever« .

Pour déjeuner, vous pourrez trouver dans ce coin un endroit végétarien pas mal qui s’appelle le Crayon House Organic restaurant, acollé à une boutique de produit bio dont l’enseigne est un chat, vous ne pourrez pas le louper.

IMG_8789.JPG
Crayon House Organic restaurant (3-8-15 Kitaaoyama)

Vous pouvez ensuite vous diriger vers Omote-sandō, une magnifique avenue, qui était à l’origine la voie d’accès principale vers le Meiji-jingū. Aujourd’hui devenue une grande rue commerçante, arborée et bordée de grands magasins, c’est très agréable pour une balade. Ne pas louper KiddyLand et l’Oriental Bazaar, (plus d’infos sur ces magasins dans le descriptif du jour 13, consacré au shopping).

Pour finir la journée, on se rend maintenant dans le cœur du quartier de Shibuya. Sur la place principale du quartier, vous pourrez voir la statue d’Hachikō, le chien fidèle dont l’histoire vous fout les boules : tous les jours il allait chercher son maître à la gare, sauf qu’un jour ce dernier eut une crise cardiaque. Chaque jour il a continué à aller et venir entre la domicile de son maître et la gare pendant près de 9 ans… et maintenant, on enchaîne avec « Le tombeau des lucioles », histoire de bien bader :p

Hachiko
Hachikō, plus fort que Beethoven

Toujours en mode shopping, direction la fameuse tour 109 Shibuya. Une dizaine d’étages de boutiques pour jeunes femmes, une sorte de Citadium mais juste pour les femmes. Les gars soyez pas jaloux, en face y’a la 109’s Men shop, dans le même style juste pour vous!

En soirée, (parce que c’est vraiment sympa de nuit 🙂), découvrir enfin son célèbre carrefour :

Vous pourrez en avoir une super vue depuis plusieurs endroits :

  • à l’intérieur du grand hall Shibuya, après avoir grimpé quelques escalators (au passage, vous y verrez une superbe fresque de l’artiste japonais Taro Okamoto)
  • depuis le Starbuck de Shibuya au 1er étage du bâtiment central, vous ne pouvez pas le louper!
  • au dernier étage de la 109’s Men shop (rooftop fermé les jours de pluie + vérifier les horaires) 

Pour dîner, il y a pas mal de resto dans ce quartier dont l’un des meilleurs resto de udons de la ville. Par contre préparez-vous à faire la queue si vous n’arrivez pas en avance car il est tout petit, avec à peine 10 couverts à l’intérieur, mais ça vaut le coup, ça s’appelle Shin Udon.

01ef45f46a4e3559e85c28d0dbcdf4ba4586fa5acd
Shin udon (〒151-0053 Tokyo, Shibuya, Yoyogi, 2丁目20−16 相馬ビル)

Resto / Informations utiles :

  • Ils mangent très tôt (à partir de 11h30 le midi et 17h le soir) donc il faut s’organiser car à partir de 19h30 ça devient difficile
  • Si vous êtes végétariens, sachez que c’est compliqué de trouver des resto adaptés
  • Il ne faut surtout pas laisser de pourboire, c’est une offense au Japon !
  • Ils ne parlent pas très bien anglais, parfois dans certains établissement pas du tout…
Jour 2 : Le quartier geek Akihabara

Avant de vous rendre à Akihabara, je vous propose de commencer la journée avec un petit dej au 45ème étage de l’observatoire des tours jumelles du gouvernement de Tokyo (à Shinjuku). En plus de déguster un bon petit-déjeuner pas  spécialement cher malgré l’endroit (je vous conseille le croissant au haricot rouge et au sésame!), vous pourrez profiter d’une vue incroyable sur la ville. Contrairement aux autres observatoires, celui-ci est gratuit et ouvert de 9h30 à 23h, mais fermé certains jours. Je vous mets l’accès aux horaires ici.

Après la session shooting photo aérien, direction Akihabara, « enfin » me direz-vous! Je vous l’accorde, c’est l’un des quartiers les plus emblématiques de Tokyo, à voir absolument donc. On l’appelle le quartier de l’électronique mais c’est surtout le fameux quartier geek.  Là-bas l’essentiel à voir se trouve dans ses boutiques, des tours arc-en-ciel qui font le paradis des gamers et fans de manga.

Je n’ai aucun conseil, si ce n’est de rentrer dans chaque magasin qui vous tentera. Généralement les magasins sont sur plusieurs étages, et chacun sa spécialité : manga, figurine, jeux vidéo, jeux d’arcade, … certains étages plus « hot » que les autres, mais chut je ne spoilerai pas 🙂 Ne passez pas à côté de Super Potato, RetroGameCamp et Mandarake Complex, (plus d’infos sur ces magasins dans le descriptif du jour 13, consacré au shopping). Si vous souhaitez ramener des cartouches de jeux vidéo, attention car certaines ne sont pas dézonnées. Tout ce qui est game boy c’est bon, pour le reste mieux vaut demander au vendeur (s’il parle anglais héhé!)

Jour 3 :  Les quartiers traditionnels Ueno et Asakusa

Dans une toute autre ambiance, loin des rues bondées et commerçante de la vie, rendez-vous dans Ueno, le vieux quartier de Tokyo. Je n’ai pas vraiment d’itinéraire à vous proposer, l’idée étant simplement de se perdre dans les petites ruelles moins animées et plus résidentielles que celles des autres quartiers.

Puis pour rejoindre le parc Ueno, traversez le joli cimetière de Yanaka, la balade y est agréable. Je n’ai pas vraiment de photo de ce coin-là, il pleuvait et ça ne rendait rien ; c’est d’ailleurs pour ça que nous avons du nous arrêter au Musée National de Tokyo. Je dis « dû » car on est pas tellement musées à la base et qu’en plus on l’a trouvé chiant. Ça retrace l’évolution de l’art japonais, plus historique qu’artistique, on s’est emmerdé. À vous de voir!

Pour déjeuner, on est revenu sur nos pas puisqu’on devait de toute façon reprendre le métro et on a testé le Sendagi Udon Shioman, un super resto. Je vous recommande les Udons au curry et légumes, divin!

Sendagi Udon Shioman
Sendagi Udon Shioman, Udons au curry et légumes (2-33-9 Sendagi)

Dans l’après-midi, direction Asakusaaa!  Un coin bien plus touristique dans lequel j’ai vraiment bien aimé me balader. Vous pouvez commencer par grimper au dernier étage du très bel l’Office National du Tourisme (gratuit). On peut y avoir une vue sympa sur la Tokyo SkyTree et la rue commerçante (très sympa pour les souvenirs) qui mène jusqu’au Senjō-ji, un des plus célèbres temples de la ville.

Une fois que vous aurez visité le temple (vous ne pourrez pas entrer, juste rester devant), nous ne serez plus très loin de Dengama, un magnifique magasin dans lequel j’ai passé plus de 2h et qui vend de la vaisselle traditionnelle en tout genre (1-4-3 Nishi-asakusa,Taito-ku, Asakusa).

015d1be7edb0eff261a9d8a15260d9ab2c821e2697
Dengama (1-4-3 Nishi-asakusa,Taito-ku, Asakusa)
Jour 4 : Shinjuku et Kabukicho + l’île du divertissement Odaiba

Shinjuku, c’est un peu le cœur de la ville avec d’un côté le quartier d’affaire, de l’autre le coin de la gare avec tous ses grands magasins. Mais dans ce quartier se trouve aussi l’un des plus grand et beau parc de la ville, le Shinguku gyoen, où l’on se retrouve le weekend en famille ou entre amis. Et c’est par là que je vous propose de commencer la journée (l’entrée est payante 1,50€). À la saison des cerisiers en fleurs (que nous avons loupé rrrrrgh) c’est juste magnifique!

Puis direction Odaiba, une île artificielle où se concentrent tout un tas d’activités dédiées à l’entertainement comme disent les kainri : centres commerciaux, salles d’arcade géantes avec attractions indoor, grande roue, karting, resto, … c’est facile d’y passer l’après-midi entière.

C’est également un beau spot pour admirer le coucher du soleil 🙂

Sunset in Odaiba

En soirée, retour Shinjuku pour profiter de l’ambiance survoltée des salles d’arcade (pachinko), des bars à hôtesse en tout genre (difficile voire impossible d’entrer « en mode touriste ») et des néons. D’après Jake Adelstein, l’auteur de Tokyo Vice (un super bouquin à dévorer pendant votre séjour), dans un de ces bars sur le thème des écolières, ils auraient quasi toutes les répliques des vraies tenues de chaque école de la région… ils sont trop tordus… ça me fascine.

Pour dîner, vous pourrez rejoindre un coin plus calme. Par exemple la toute petite ruelle Omoide okocho, pas loin de la gare. Vous y trouverez de nombreux petits resto microscopiques où déguster des brochettes assis au comptoir. Je vous mets des photos pour que vous voyiez un peu à quoi ça ressemble :

Dans le même délire, et pas très loin, le quartier Golden Gai mais avec des bars cette fois-ci (qui ouvrent vers 21h).

Jour 5 :  Roppongi + quartiers de la Gare (Marunouchi, Ginza et Tsukiji)

Pour commencer la journée dans ce coin, généralement les touristes se lèvent très tôt. C’est la condition nécessaire pour pouvoir profiter des enchères (au thon) du célèbre marché « Tsukiji », le plus grand marché du monde de poissons et fruits de mer. Pour ceux qui ne sont pas matinaux, il reste ouvert la journée (fermé les mercredis et dimanches). Bon, je vous en parle car d’après tous les guides c’est une étape incontournable, mais personnellement végétarienne, ça ne m’a pas du tout tenté. Pour en connaitre les horaires c’est par ici.

Ce jour là, on s’est donc directement dirigé vers l’immense complexe culturel de Roppongi Hills. De nombreuses activités y sont proposés (cinéma, bibliothèque, musées, …) mais pour les touristes le passage obligé c’est surtout l’observatoire de la tour Mori (12€/pers incluant l’accès à l’un des musées). Quand il fait beau et en soirée, c’est vraiment sympa puisqu’il offre une vue panoramique, notamment sur la célèbre Tour de Tōkyō du quartier Minamoto. Bon c’était un peu gris le jour de notre visite mais les photos vous donneront une idée du point de vue 🙂

Du coup dans ce quartier, on a commencé directement par une balade le long des fortifications du Palais Impérial. C’est assez grand et ça peut prendre facilement quelques heures. Le Palais n’est cependant pas ouvert aux visiteurs et il est entouré de très grands espaces verts, du coup on ne voit franchement pas grand chose. Le seul intérêt est de se balader dans les parties extérieures et d’admirer le contraste avec les buildings de Marunouchi qui l’entourent (voir photos).

Vous pouvez ensuite continuer à marcher en direction du quartier Ginza. Comparé au quartier de la Madeleine à Paris parce qu’on y retrouve une concentration de grands magasins et boutiques de luxe, faut pas exagérer, il est très moderne donc loin d’en avoir le charme (voir photo ↓).

Quartier Ginza

Vous pourrez malgré tout y faire du lèche-vitrine, les après-midi de week-end l’avenue est piétonne et j’avoue que dans ces conditions c’est très agréable d’y flâner.

Jour 6 :  Arrivée à Kyoto, à la découverte des ryokan et onsen

À votre arrivée à Kyoto, je vous recommande de faire un petit break après ces plusieurs jours de visites à Tokyo. Réservez donc une journée dans un ryokan et profitez-en également pour tester les onsens (bains publics d’eau de sources naturelles) qui sont dans 99,9% des cas non mixtes. Si l’idée de vous retrouver tout nu avec des inconnus ne vous tente pas, optez pour un ryokan qui propose des bains privatifs. C’est l’option que nous avons choisie et cette journée de détente nous a vraiment permis de déconnecter, un vrai kiff! Je peux vous recommander le Biwako Rokusuitei situé à 30-45min de Kyoto donc assez loin de tout. Il propose des chambres avec bassin d’eau chaude privatif sur balcon et vue sur le lac Biwako, un moment magique!

Ryokan
Ryokan du love

Le lendemain, de retour à Kyoto pour vous loger, je vous suggère le quartier de la gare. Il est central et vous permettra de rejoindre rapidement la gare principale, très utile pour toutes les visites à faire. D’ailleurs, le plus simple en arrivant est de vous rendre au Kyoto Tourist Information Center (justement dans la gare), pour prendre les renseignements nécessaires et surtout d’acheter votre place pour le spectacle de geisha, (environ 30€/pers) vraiment splendide, il faut absolument le faire de passage à Kyoto! Je vous mets les incontournables à Kyoto à faire dans l’ordre que vous voulez ↓

Jour 7 : Le quartier d’Arashiyama au nord-ouest de Kyoto (accessible en train)
  • Commencez par la bambouseraie d’Arashiyama : pas si magique que ça quand le temps et nuageux et que c’est blindé de touriste mais je conseille quand-même, c’est gratuit.
  • Tenryu-ji et ses jardins : inscrit au patrimoine de l’Unesco mais honnêtement, le temple n’a rien de sensationnel. Un conseil, ne prenez que l’entrée pour les jardins qui eux sont sympa. L’entrée coûte 5€/pers et avec les jardins c’est 6€.
  • Puis retournez en ville pour reprendre le train vers le nord où se trouvent plusieurs autres temples. Une fois arrivé à la gare de Omuro-Ninnjaji, vous pouvez y aller à pied ou en bus. Le 1er à voir est justement le temple Ninna-ji (que nous n’avons pas fait par manque de temps) puis vient le Ryoan-Ji (ou jardin de rocaille) : bon ben tout est dit, c’est des cailloux à contempler. L’entrée coûte 6€/pers.
  • Et enfin, Le pavillon d’or (Kinkaku-ji) : à faire absolument c’est magnifique ! Puis pour rejoindre la ville vous avez un bus (le 201 de mémoire), qui vous ramène directement à la gare de Kyoto.

Pour dîner, voici l’adresse d’un resto où vous pourrez déguster des udons 100% végétariens, c’est le Myoudai Omen Shijo Pontocho (il était pas ouf et limite un peu cher mais c’est tellement galère de trouver des resto végé au Japon!).

IMG_9574
Myoudai Omen Shijo Pontocho (Nakagyoku Shijyodori Pontoccho Nishi)
Jour 8 : Le quartier de la gare, le centre de Kyoto
  • Commencez par le Musée du Manga, si vous y allez assez tôt, vous pourrez réserver un créneau auprès de l’artiste du jour pour vous faire faire votre portrait en mode manga. c’est plutôt fun et pas mega reuch, dans les 15€. Ensuite, la visite du musée en soi est très cool également, plusieurs étages et des dizaines de bibliothèques remplies de manga, classés par date et par catégorie, c’est assez impressionnant et il y en a même en français.
  • Continuez vers le marché Nishiki, où se vendent produits frais, street food mais où vous trouverez aussi des magasins de kimono, de vaisselle ou de bijoux. Coloré et très agréable, il y a de tout! Si vous souhaitez faire un peu de shopping, direction la galerie commerciale de Teramachi qui est vraiment sympa. J’ai dû passer une bonne heure dans la boutique « Clef de Sol » où j’ai dégoté un tas de petits hauts à 7€!
  • Puis rendez-vous voir le fameux spectacle de danse de geishas (plusieurs compagnies existent, nous on avait fait celui du Kamogawa Odori). Il y a plusieurs représentations dans la journée, à réserver en avance au Kyoto Tourist Center (12h30, 14h20 et 16h10) et vous pouvez en profiter pour participer à la cérémonie du thé pour 5€ de plus par personne. Franchement il faut absolument le faire, même sans parler japonais on en prend plein les yeux : la mise en scène, l’orchestre, les décors, les costumes, c’est juste fantastique! Seul déception, les photos sont interdites 😦
  • Dans l’après-midi, poursuivez dans le sud pour découvrir les deux principaux et magnifiques temples du quartier de Gion: le Fushimi Inari-taisha et ses 10 000 torii (portiques des sanctuaires shintoïstes) dont la balade dure bien 2h si vous grimpez jusqu’au belvédère et le Kiyomizu-dera dans les hauteurs.
  • En soirée (avant 17h), redescendez dans ce charmant quartier traditionnel de Gion bordés de « machiya » (maisons de style traditionnel). C’est juste magique et une balade le long du canal est tellement agréable pour finir la journée. C’est l’endroit idéal pour un dîner romantique. Je vous suggère d’ailleurs le Gion Tanto, un resto au top dans lequel nous sommes retournés plusieurs fois tellement nous avons adoré.
Jour 10 :  Nara + Osaka

Ces deux villes se font assez rapidement, inutile de loger sur place. Vous pourrez tout faire en une journée grâce au JR pass : Kyoto → Nara (durée 45min) → Osaka (1h30) →  retour à Kyoto (30min). Euh, c’est quoi le JR pass? Scrolles en bas de la page, rubrique « Pratique », pour en savoir plus.

Que voir à Nara ? Les deux principales activités sont la visite des temples, en particulier le grandiose Daibustu-den du temple Tōdai-ji (4€/pers), et biensûr flâner au beau milieu des daims qui se baladent en liberté dans le parc de la ville. La visite du Daibustu-den est spectaculaire, ne passez pas à côté! C’est le principal bâtiment du temple, énorme construction en bois inscrite au patrimoine de l’Unesco et qui renferme des bijoux de statues dont un colossal Bouddha qui fait plus de 18 mètres de haut. On en prend plein les yeux! Après avoir visité ce coin, n’hésitez pas à poursuive la balade dans le Koshikien-en, un des plus jolis jardin japonais que l’on ait eu l’occasion de visiter pendant notre séjour. Il est gratuit et entretenu par la ville.

Que voir à Osaka ? C’est très urbain et populaire donc sans intérêt particulier. Franchement, à part le coin de la gare et ses installations d’art contemporain, la Umeda Sky Building dont la montée dans l’ascenseur vitré pour atteindre le 40ème étage est incroyable (ou affreuse pour les personnes sujettes au vertige…  je suis personnellement restée sur la terre ferme) et le coin de Dōtonbori en soirée, je n’ai vraiment à pas accroché plus que ça. En revanche, c’est vrai que l’ambiance décalée qu’on retrouve dans cette rue est unique et vaut le détour. Devantures démesurées, néons dans tous les sens, musique à fond dans une rue bondée, on y passe volontiers quelques heures. Disons que c’est exactement l’image excentrique que j’avais du Japon, vous savez, ce qu’on voit dans les films ou les jeux TV tordus lol 🙂 Pour dîner apparemment le Kiji Umeda Sky Bldg situé en sous sol de la tour Umeda Sky Building, au n°11 de mémoire est pas mal (malheureusement fermé le jeudi, nous n’avons pu tester mais il y a de toute façon beaucoup d’autres restos dans cette galerie souterraine).

Jour 11 :  Hiroshima → visite du mémorial

Pour profiter pleinement d’Hiroshima puis de Miyajima, mieux vaut passer au moins une nuit sur place, vous pourrez ensuite facilement vous rendre à Miyajima (1h métro + ferry). Sinon, en direct depuis Kyoto c’est bien plus long (3h30 train + métro +ferry). Nous avons donc quitté Kyoto tôt dans la matinée et après 2h30 de train nous voilà arrivés à destination.

Pour déjeuner, je vous conseille de tester le petit boui-boui authentique « Okonomiyaki Kaji-San« . Vraiment pas cher, très bon et l’expérience dans ce minuscule resto traditionnel dont la cuisine est faite devant vous par une petite mamie est une pépite !

Okonomiyaki Kaji-San (2-15 Hijiyama Hommachi Minami-Ku)

La journée à Hiroshima sera ensuite consacrée à la visite du mémorial de la paix ,dont l’architecture est à voir, et du musée attenant. Il n’y a franchement pas grand chose d’autre à faire. 70 ans après la ville semble avoir été complètement reconstruite et ressemble à une ville de banlieue lambda. Néanmoins d’un point de vue d’historique, la visite du mémorial et la vue du Dôme de Genbaku volontairement maintenu en l’état, sont poignantes (témoignages, objets retrouvés). Ils font prendre conscience de beaucoup de choses (le musée est interactif, on peut simuler sur une maquette de la ville l’effet de la bombe atomique). Si vous n’avez pas le temps, un bon documentaire Arte fera l’affaire #cultivonsnousvite

En soirée si vous cherchez un resto, je vous recommande chaudement le resto Hassei, très bien noté et non loin de l’avenue principale de la ville, qui propose de délicieux Okonomyaki (dont végétariens) réalisés sous vos yeux.

Jour 12 :  Miyajima  → Le Mont-Misen et le temple shinto Itsukushima

Miyajima est une île sacrée que je conseille vraiment de faire. On la connaît principalement pour son Torii flottant, véritable symbole du Japon qui vous garantira quelques followers de plus sur Instagram, je vous le dis. En fonction de la marée, vous pourrez vous y rendre à pied, sinon, il faudra vous contenter d’une photo au loin (mais du coup sans personne dessus :)). La visite du temple Itsukusima pourtant inscrit au patrimoine de l’Unesco, n’est franchement pas indispensable. C’est payant et n’étant plus utilisé comme tel, je trouve que ça manque d’authenticité. Vous pourrez en plus, prendre des photos sans y entrer.

La visite en bas de l’île est sympa, beaucoup de boutiques et de petits resto y proposent des spécialités en tout genre (notamment à base d’huîtres). Vous pourrez également vous balader le long de la plage, les jours de beau temps et avec les petits daims c’est très agréable.

Pour ce qui est du Mont-Misen, pour éviter la foule, essayez de vous y rendre tôt dans la matinée (vers 9-10h). Si vous aimez le trek, cela vous permettra également de le gravir sans avoir trop chaud, car le soleil tape fort (casquette, eau et crème soleil sont de rigueur). Si vous n’êtes pas grand sportif ou que vous n’avez pas beaucoup de temps devant vous (ce qui était notre cas, notre train retour pour Tokyo depuis Hiroshima était à 17h30), vous pourrez emprunter le téléphérique (12€/pers), une expérience très sympa au dessus de la forêt et qui permet de prendre de la hauteur rapidement. Arrivés en haut, il vous restera 1h de marche pour accéder au top du Mont-Misen. Une bonne option je trouve 🙂 et vous pouvez aussi vous en tenir au sublime panorama offert en descendant du téléphérique.

YDKK0900

Jour 13 : Retour à Tōkyō → Shopping

Oui les amis, il est indispensable de ramener pour vous et/ou votre entourage, toutes sortes de dingueries de Tokyo, alors voici quelques adresses incontournables pour votre shopping, principalement situées à Shibuya :

  • Jouets / Jeux / peluches  : KiddyLand (6 Chome-1-9 Jingumae, Shibuya)
  • Rétro gaming (vieilles consoles, cartouches …) Super Potato (1 Chome-11-2 Sotokanda, Chiyoda, Akihabara) ou RetroGameCamp (Chiyoda, Sotokanda, 3−14-7) 
  • Figurines : Mandarake (31 Udagawacho, Shibuya ou à Akihabara Chiyoda, Sotokanda, 3丁目12−11)
  • Gadgets (aimants, porte-clé, tee-shirt, mugs, bibelots, kimono, plantes, accessoires hello kitty en tout genre, …) : Don Quichote, ne vous emmerdez pas à chercher, tout y est! (1 Chome−16−5, Shinjuku, Kabukicho) Sinon vous avez l’Oriental Bazaar un peu plus cher de mémoire, mais de meilleure qualité (5 Chome−9−13, Jingumae, Shibuya)
  • Vêtements : la rue shopping tendance hipster Street cat, dans le quartier Harajuku (5-10-10 Jingumae, Shibuya) où vous retrouverez notamment la marque japonnaise « Comme des Garçons ». Il y a aussi des friperies un peu partout mais globalement toutes les sapes sont vraiment stylées. Sinon y’a toujours Uniqlo.
  • Vaisselle traditionnelle (services à thé, plats, baguettes de qualité, fabriqués au Japon) Dengama, un magnifique magasin dans lequel j’ai passé plus de 2h 🙂 dont voici le site (1-4-3 Nishi-asakusa,Taito-ku, Asakusa)

Et mon objectif bucketlist dans tout ça? Je pense qu’on peut dire que c’est réussi, j’ai bien vu des pandas comme en témoignera la photo ci-dessous ↓

IMG_9277.jpg
Qui a dit qu’ils devaient être vivants? :p #crueltyfree

En parlant de bucket list, il y a vraiment un tas d’autres choses sympa à tester! Voilà mon top 10 des activités originales / incontournables à faire au Japon :

  1. Prendre un café dans un catcoffe ou owlcoffee (à Nara par exemple)
  2. Faire du karting déguisés en super Mario dans les rues de Tokyo
  3. Tester un capsule hôtel pour le fun (bof quand t’es en couple)
  4. Tester un ryokan traditionnel
  5. Tester les onsen (bains publics NON mixtes)
  6. Faire le musée du manga à Kyoto (et se faire faire son portrait en manga)
  7. Rentrer dans un game center sur 10 étages et se balader dans les salles d’arcade (le plus impressionnant est sur l’île d’Odaiba)
  8. Goûter les okonomyaki, les soupes de udon ou de soba, les brochettes de la rue Omoïde Yokocho à Tokyo, les pâtisseries à base de Matcha tea ou d’haricots rouge, les crèpes fourrées et les bubbles tea
  9. Voir un spectacle de geisha, de kabuki ou de sumo en fonction de la période
  10. Tester les WC japonais et leur fameux petit jet!

Fausse bonne idée : le karaoké → se pratiquant en salle privatise, vous vous retrouverez solo, comme des cons à devoir choisir des morceaux inconnus à interpréter en japonais… franchement rien de drôle.

PRATIQUE :  QUAND Y ALLER? COMMENT S’Y RENDRE? OÙ LOGER?


PÉRIODE : J’ai testé en mai et je ne vais pas vous mentir, c’était un mauvais entre deux : les cerisiers ne sont plus en fleurs et le temps c’est nuageux 1 jour sur 2, quand il ne pleut pas. Je conseillerais du coup plutôt avril, c’est sans doute la période à laquelle j’y retournerais pour profiter du sublime décor des cerisiers. En juin-juillet-août, le temps est meilleur mais il fait beaucoup plus chaud, c’est donc moins cool pour les visites.

LOGEMENT : Niveau budget, ce n’est ni la bouffe, ni les visites qui vous ruineront. Comptez entre 7-8€ le repas. En revanche le logement n’est vraiment pas donné, et ça même sans faire de folie. Du coup, on a tout réservé des studios tout équipés en Airbnb (avec un pocket wifi inclus dans le prix pour avoir Internet partout avec vous, ça c’était bien pratique) sauf une nuit où on s’est fait kiffer dans un « ryokan » (auberge traditionnelle typique, avec tatamis, futons et kimonos, trop trop stylé :)).  Bilan des comptes, c’est en moyenne 70€ la nuit pour 2 à Tokyo, dans les quartiers Shinjuku ou Shibuya, les plus centraux et animés (lien vers notre appart ici, l’hôte était top), idem dans les autres grandes villes touristiques. Pour le ryokan, il était à 30min de Kyoto et on en a eu pour 240€ la nuit et dites vous que c’était l’un des moins chers…

BILLET D’AVION ET DÉPLACEMENTS : Le billet d’avion reste finalement très correct dès lors que vous acceptez de faire une escale 🙂 je m’attendais franchement à plus et on en a eu pour 570€/pers avec Etihad et une escale d’une heure à Abu Dhabi qui est passé crème. Ensuite depuis l’aéroport de Narita comptez 1h pour rejoindre le centre-ville en transport de Tokyo, sinon seulement 30 min depuis Haneda (dont les vols doivent être plus chers j’imagine).

Pour les déplacements inter-villes le Japon Railways (le pass illimité pour les trajets grandes distances, et quelques lignes de métro) est indispensable pour limiter les frais. Il se commande en ligne à l’avance : vous n’avez qu’à choisir la durée et la région de votre choix. Nous, on a pris une semaine pour la région du Kansai, soit 218€/pers (rentabilisé dès 2 trajets), et on pu faire une dizaine de trajets. C’est déjà pas mal fatiguant en une semaine lol, donc franchement inutile de prendre plus, sauf si votre périple s’étend sur une durée plus longue mais le mieux est de condenser vu le prix :). À réception par courrier de votre pass, il vous faudra ensuite l’activer sur place directement en gare à un des comptoirs JR (pour un usage immédiat ou ultérieur). Vous pourrez vous en servir tant que vous voudrez sur les lignes JR dont le shinkansen (leur TGV), sur présentation du pass et même réserver des places pour être sûr d’être à côté.

Ce qui nous donne donc un TOTAL de 1700€/pers environ (vol, JR pass, logement et bouffe, hors frais sur place) pour 15 jours (13 nuits sur place dont la nuitée en ryokan).

logo-la-valise-de-mia

Toutes les photos de ce blog sont prises par mes soins. Vous pouvez vous rincer les yeux mais merci de n’en faire qu’un usage perso. #LOVE #RESPECT #SHARING

Une réponse sur « Japon en 10-15 jours »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s